Slowpreneuriat ou l’art de travailler moins mais mieux

Freelancing

Les réseaux sociaux tendent à promouvoir l’entrepreneuriat et le freelancing sous l’angle de la productivité et de l’efficacité. La glorification des journées bien remplies, les To Do List à rallonge ou encore les journées de travail interminables sont devenues une norme. J’ai récemment fait le choix de travailler autrement et de ne plus me soumettre à ces injonctions insensées. Je choisis de travailler moins mais mieux. Vous cherchez une alternative saine pour exercer votre métier en pleine conscience et dans le respect de votre rythme ou de vos envies ? Je vous parle aujourd’hui du Slowpreneuriat, une façon de travailler responsable et bienveillante.

Le Slowpreneuriat : qu’est-ce que c’est ?

L’idée du Slowpreneuriat repose sur un concept simple : travailler à son rythme. « Slow » littéralement « ralentir » définit assez clairement le principe du slowpreneuriat. Attention, il ne s’agit pas de simplement travailler moins ! Il s’agit plutôt de travailler mieux en se fixant des objectifs à atteindre. Terminé le syndrome de l’objet brillant et les journées de 10 heures remplies de tâches chronophages et disparates. Le slowpreneuriat s’écarte en tout point de cette course effrénée à la productivité communément appelée « Hustle ». Vous savez, le Hustle c’est une manière de travailler qui valorise la performance au détriment de l’équilibre personnel. Avec le Slowpreneuriat il est question de résultats ciblés, d’objectifs précis dans le respect de son propre rythme. C’est un retour à l’essentiel.

Ma transition vers le Slowpreneuriat

Cette dernière année fut vectrice de changements et de remises en question pour beaucoup d’entrepreneurs. Je ne vais pas vous mentir ce fut également le cas pour moi. Lorsque j’ai commencé la rédaction web, je voulais faire mes preuves à tout prix, réussir à me démarquer des autres rédacteurs, faire les choses mieux. Et puis à côté il y a la vie, le quotidien, les soucis. Je me suis noyée petit à petit, j’étais fatiguée d’en faire toujours plus sans plus de résultat. Ma vision du business a changé lorsque j’ai réalisé d’une part que les autres rédacteurs web n’étaient pas mes concurrents mais plutôt des collègues, d’autre part lorsque j’ai compris que mon bonheur ne dépendait pas du tout du nombre d’euros sur mon compte en banque. J’ai par ailleurs des obligations personnelles qui m’obligent à réduire mes heures. Le Slowpreneuriat m’a semblé être le meilleur compromis.

Le slowpreneuriat au quotidien

Si vous êtes encore ici à me lire, vous devez sûrement vous demander 🤨 : « oui, non mais concrètement, au quotidien ça donne quoi ? ». Au départ, je ne connaissais pas mes besoins. C’est la stricte réalité ! Je mettais un réveil à 7 h sans me soucier de la fatigue. Je me forçais à me coucher tôt…  J’avais, moi aussi, des To Do List longues comme les deux bras. Résultat j’étais constamment frustrée et je ne faisais que travailler ou me stresser quand je prenais du temps pour moi ou pour mes proches. C’était clairement invivable pour moi qui suis dotée d’un tempérament anxieux.

Le rythme intuitif

J’ai testé plusieurs rythmes de travail, j’ai arrêté de mettre mon réveil le matin et là tout a changé ! J’ai tout simplement opté pour une organisation intuitive. Je me fixe un ou plusieurs objectifs pour la semaine, je les segmente en micro tâches et je compose mes journées autour de ces objectifs. Depuis je me réveille intuitivement vers 7 h, je me mets en route tranquillement et je commence à travailler vers 7 h 30. Je travaille principalement le matin, car je suis plus concentrée et j’ai moins d’obligations.

Les avantages du slowpreneuriat

Vous vous demandez sûrement s’il y a d’autres avantages qu’un volume horaire de travail moins important. À cela je réponds oui, oui et encore oui ! Je mets désormais un point d’honneur à accepter des projets qui me font envie. Quitte à travailler moins autant travailler sur des projets clients qui me passionnent. Autre avantage non négligeable, opter pour le slowpreneuriat m’a forcé à totalement revoir mon rapport à l’argent. J’assume beaucoup plus mes prix, je négocie mieux mes contrats et j’ai totalement recadré mon customer care. Je suis plus concentrée, moins débordée, et j’ai surtout une charge mentale moins lourde. En clair je me sens mieux et mon travail est de bien meilleure qualité 😉.

Mes nouveaux objectifs business

Ma mission chaque jour ? Remplir les micros objectifs que je me suis fixés ni plus ni moins. Cela peut être une mission client, de la paperasse, peu importe. Peu importe également le nombre d’heures que ça me prend. Parfois je vais vite, parfois moins. Si je termine rapidement et que j’ai encore envie de faire des choses pour mon business, j’avance sur mon programme de la semaine sans stress. Si j’estime que j’ai envie de faire autre chose alors je le fais. Je développe mes projets futurs à mon rythme sans pression et c’est très stimulant !

Ce que le slowpreneuriat m’apprend chaque jour

Repenser ma façon de travailler m’a fait remettre certaines choses en perspective. J’ai fait le point avec moi-même et repris toutes les bases de mon fonctionnement.

  • J’ai revu mon rapport à l’argent
  • reconsidéré la valeur de mes compétences
  • revalorisé mon temps
  • Cultivé ma singularité
  • Je me suis désabonnée de comptes business dont le contenu était devenu trop anxiogène pour moi. Vous savez ces entrepreneurs qui ont mille vies dans une journée, qui ont des To do list tellement longues qu’elles en feraient pâlir Bill Gates.

En résumé je me suis réalignée avec mon activité, mes objectifs et mes besoins au quotidien.

Le Slowpreneuriat une utopie ?

J’aimerais vous répondre que non mais je pense que ça ne convient pas à tout le monde. Être slowpreneur est une vision du travail un peu en marge. Pour beaucoup d’entrepreneurs, travailler moins revient à moins de résultats, moins de chiffres d’affaires… Vous ne me croirez peut-être pas mais le mois de juin a été pour moi un des plus compliqués au niveau gestion du temps. J’avais énormément de rendez-vous personnels à gérer. Parfois sur des journées complètes pendant lesquelles je ne pouvais pas travailler. J’ai eu peur de ne pas réussir à m’organiser. Mon bilan : meilleur chiffre d’affaires depuis que je suis rédactrice web, nouvelles collaborations de qualité et de nouveaux projets qui arrivent. Tout ça en ayant travaillé deux fois moins que le mois précédent en termes de volume horaire. Travailler plus pour gagner plus ? À méditer mais visiblement travailler moins mais mieux pour gagner plus, fonctionne aussi.

Pour terminer cet article, je dirais que miser sur mon équilibre personnel, changer de rythme de travail me permet aujourd’hui d’assumer plus facilement mon quotidien. En quelques mois d’activité — je parle ici de la rédaction web —, j’ai constaté une réelle marge de progression. Je suis plus sereine, moins anxieuse et mes résultats sont meilleurs. Le slowpreneuriat, c’est une façon d’entreprendre autrement mais aussi de remettre en question ses propres certitudes quant à son entreprise. Alors convaincus ? N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous avez testé comme méthode pour vous organiser et si vous connaissiez le slowpreneuriat ! En attendant, je vous dis à bientôt et je vous souhaite de belles vacances !😎

2 Commentaires

  1. Deltrey

    Hello la miss,
    Très sympa ton blog !
    Je ne connaissais pas cette notion de Slowprenariat merci pour la découverte et contente que ça te convienne. Pour ma part, je suis aux antipodes de ça à l’heure actuelle. Avec le lancement de ma future activité, j’ai des journées à rallonge et je ne compte pas mes heures. Mais bon, j’essaie quand même de m’écouter et d’arrêter quand j’en ai marre ou d’avoir des jours off quand je n’ai pas envie de bosser.
    J’espère trouver un rythme plus tranquille une fois que je me serai lancée (mais bon il ne tient qu’à moi).
    Au plaisir d’échanger avec toi !
    Deltrey

    Réponse
    • Aude BERTHELOT

      Quel plaisir de te retrouver ici 🙂 Oui c’est normal quand on commence une activité on se donne à fond ! tu auras bien le temps de ralentir le rythme. Je te souhaite le meilleur pour ton lancement 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.