L’incroyable histoire de la morgue de Paris

Santé

Vous n’êtes pas sans savoir que la mort est au bout du chemin pour chacun d’entre nous. C’est à peu près la seule maladie incurable par laquelle nous sommes tous concernés. On parle encore trop peu de ces questions en France car la mort reste taboue. Passionnée par la médecine et par tout ce qui touche à la santé, je m’intéresse aussi beaucoup à la mort, aux rites, pratiques et coutumes funéraires dans le monde. Pour cet article découverte un peu hors-série, je vais vous parler aujourd’hui d’un lieu aux secrets bien gardés : l’institut médico-légal de Paris – IML et vous raconter l’incroyable histoire de la morgue de Paris.

L’Institut médico-légal en chiffres

Aujourd’hui la morgue de Paris, communément appelée institut médico-légal est un lieu consacré à la pratique de la médecine légale ainsi qu’aux visites des familles suite aux décès brutal, accidentel ou suspicieux d’un de leur proche. La préfecture de police de Paris estime que l’IML reçoit environ 3000 corps par an. Parmi ces corps, 2000 seront autopsiés et 1000 seulement examinés avant d’être remis aux familles.

L’origine du mot morgue

Le terme de « morgue » a pour origine le verbe « morguer » qui signifiait autrefois « regarder d’un air dédaigneux ». Vous allez me dire, mais quel rapport avec la morgue telle qu’on la connaît aujourd’hui ? J’y viens justement ! Au cas où vous ne le saviez pas, l’actuelle place du châtelet à Paris était il y a quelques siècles une prison, la prison du grand châtelet. Lorsqu’un nouveau prisonnier y était amené par les forces de l’ordre, il était « morgué » autrement dit : examiné avec grande insistance lors de son admission. Les observations étaient consignées dans un registre car la photo n’existait pas encore. Il fallait donc rédiger un portrait précis en cas d’évasion. Lorsqu’un corps sans vie non identifié était retrouvé dans Paris, on utilisait le « registre des morgués » pour y trouver une éventuelle correspondance. D’où le mot morgue !

La morgue de Paris et ses nombreux déménagements

Aujourd’hui installé quai de la Râpée dans le 12e arrondissement de Paris, l’institut médico-légal a connu de nombreux déménagements. La toute première morgue parisienne fut construite en 1804 sur l’île de la Cité non loin du quai du Marché Neuf. Ce n’est qu’en 1868, que le préfet Haussmann décide de faire construire un tout nouveau bâtiment sur la pointe de l’île de la Cité. Il faudra attendre que le préfet Lépine en ferme les portes en 1907. L’actuel bâtiment fut construit en remplacement de la morgue d’origine, un peu plus près du viaduc du quai de la râpée. Son inauguration eut lieu en 1923 après une dizaine d’années de chantier interrompu par la Première Guerre mondiale. Il est aujourd’hui bien identifié par les Parisiens pour sa façade en briques rouges.

La morgue de Paris à l’origine

Vous vous demandez sans doute pourquoi l’actuel Institut Médico-légal a autant changé d’emplacement au cours du temps. La vérité, c’est que l’histoire de la morgue de Paris est atypique, presque surréaliste. Il y a encore quelques siècles, la morgue n’était pas aussi connotée qu’elle l’est aujourd’hui. Les corps retrouvés sans vie en pleine rue ou parfois dans la seine y étaient amenés dans l’espoir d’être finalement identifiés par les familles. Elle était à l’origine ouverte au public. Une salle d’exposition publique des corps était accessible à tous. Les défunts y étaient exposés nus ou fort peu vêtus pendant trois jours. Ils étaient installés sur des tables inclinées en marbres noirs derrière une large verrière.

Une attraction parisienne incontournable

Oui vous avez bien lu. Rapidement des milliers de Parisiens se sont pressés à la morgue. Parfois dans l’espoir d’y trouver un proche décédé, mais malheureusement plus souvent par curiosité. Les archives disent que dans les journées les plus importantes, plus de 40 000 personnes pouvaient s’y rendre sans distinction de catégorie sociale ni même de niveau de vie. On raconte que des agences de voyages britanniques y organisaient même des visites guidées. C’est le préfet Lépine qui interdira finalement l’accès de la morgue de Paris au public en 1907. Depuis ce jour seules les personnes qui y sont autorisées ou convoquées peuvent accéder au bâtiment.

L’institut médico-légal aujourd’hui

Nous sommes aujourd’hui bien loin de l’attraction populaire que fut autrefois la morgue de Paris. L’institut médico-légal dépend aujourd’hui du ministère de l’Intérieur. Il existe sur notre territoire 48 structures réparties sur tout le pays. L’IML recueille aujourd’hui les corps de personnes :

  • Décédée, mais non identifiée ou dont l’identité n’est pas sûre
  • Les corps victimes d’une mort suspecte ou inexpliquée
  • Les corps d’individus décédés sur la voie publique
  • Les défunts qui présentent une menace en termes de contamination

Ces victimes sont transférées à l’IML sur demande des autorités judiciaires chargées des procédures. Lorsqu’une mort semble suspecte, une enquête et ou une autopsie peuvent être demandées afin de clarifier les circonstances du décès. L’institut médico-légal conservera le corps qui le nécessite le temps que les procédures se terminent avant de le remettre à la famille.

La morgue reste un lieu de passage difficile à accepter pour les familles qui cherchent à faire leur deuil. Il ne faut pas oublier que l’éthique et le respect des défunts sont au cœur des pratiques de l’équipe de l’Institut Médico-légal. Ils tiennent d’ailleurs un rôle social important dans l’accueil des familles. Vous l’aurez compris, l’IML est un bâtiment qui intrigue et fascine autant qu’il effraie malgré son historique atypique. Si mon article vous a plu, j’en suis ravie car j’ai pris beaucoup de plaisir à vous raconter l’incroyable histoire de la morgue de Paris. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires. Je vous laisse pour cette semaine et je vous dis à bientôt sur le blog !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.